Tout part en couille (trois p’tits sapins) (ddo/mc)

attention: âmes hennir s’abstensible !

 

Le factotum égérie,
dans sa barbe y gueurle.
Sûr, il plaît mobile.
lègue aux uns briquets.

Elle lui sort « s’il t’euple »
(du verbe eupler, qui, comme le verbe pleuvoir, est impersonnel,
ne se conjugue qu’à la 3eme du singulier)
Eupler (def.) advenir (pour un euplage)
cit. : « S’il te pleuve »

Vensident de l’art est publique,

électrices, elles,
Électres,
trop cutes,
en liseuses de bonnes aventures,

et la gueuse débroue sa yeuse,

suce sept p’tits bleus

et suce pendue.

« J’ai l’age légal de l’élagage ! »…
Tout part en couille

l’ogre,

dénature.

tous les augures.

 

Fossathan dDrhattu Émèmopir

steppe-056

le factotum égérie , tel un Peul sur la pelouse, rend un service technique

Oncle Akra accommode des ailes, astique deux s’ringues (fky+ddo/mc)

Ne vous laissez pas abuser par ce titre alambiqué, il ne s’agit nullement ici d’une obscure recette de cuisine applicable aux extrémités d’un volatile aussi hypothétique qu’incongru, non plus évidemment d’une apologie de l’usage de produits psycho-actifs en intra-veineuse. Ne vous attendez pas non plus à une étude ludique, technique et approfondie des risques encourus du fait de l’obsolescence programmée étendue au domaine des sous-vêtements. Pour déroger à mes habitudes, comme je vous suspecte de venir d’une planète mineure et archaïque et que mon titre du jour en revanche est particulièrement sophistiqué, je consens à vous l’exprimer également en ces termes :

On claquera comme des élastiques de strings.

En dépit de toute la portée philosophique que l’on peut donc retirer de ce titre, et pour tenter de venir en aide à cet œil hagard que je crois déceler chez mon auditoire, je peux préciser d’emblée que ma causerie du jour consistera plus simplement en une :

Libre Improvisation éthno-dynamique sur la génèse de Degling Moilatet

Ceci soit dit à l’usage de mon interviewer du jour qui me suspectait déjà de battre la campagne et dont la curiosité débridée réclame une documentation enrichie au sujet de la festive et bucolique planète qui nous vaut par ailleurs (récemment par ici, du début par là) une saga annexe. Comme il est bien poli et propre sur lui, je m’exécute de bonne grâce.

urinoir du buffet

Oncle Akra a bien trouvé une cravate, mais pour les chaussettes, macache.

Le sujet lui-même m’incite à faire fi des codes et procédures que l’on me professât du temps où je polissais les bancs vénérables d’amphithéâtres poussiéreux de mon studieux séant. Et pardon pour ceux qui trouvent mon style académique et mon verbe ampoulé, il est des maniérismes dont je ne sais me défaire.

Pour les petits nouveaux qui croient à l’immuable, je dois vous détromper d’emblée : tout n’a pas toujours été, et rien ne sera à jamais. Impermanence, tout n’est qu’impermanence. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Je redonde, certes pas, énoncer une idée comme elle nous vient ou citer l’interprétation de cette idée telle qu’elle s’entend dans telle ou telle civilisation sont des choses très différentes.

Et si vous trouvez que je mets les points sur les ‘i’ avant les bœufs, sachez pour votre gouverne que c’est précisément ce qui fut fait sur Degling Moilatet : les deux premières structures artificielles construites sur cette planète sont ce que nous connaissons aujourd’hui comme les deux points sur les ‘i’. D’abord simples chapiteaux, ils sont devenus au fil des ans bâtiments en dur, pour devenir les édifices que l’on connaît actuellement, mais ne brûlons pas les étapes.

L’arrivée des espèces dotées de mesures sur la planète Degling Moilatet s’est faite pour la teuf et par la teuf dès le début : les deux premières tribus arrivées simultanément étaient respectivement Dub et Techno, et ont judicieusement choisi de poser leurs sons et leurs pénates relativement éloignés les uns des autres, soit hors d’ouïe l’une de l’autre indépendamment de la fréquence émise pour peu que les puissances soient comparables. En fait on sait depuis qu’il est possible de franchir cette barrière de distance mythique, mais à l’époque les équations acousmatricielles étaient encore inconnues, et chaque son restait donc parfaitement isolé des influences de l’autre.

Degling Moilatet : Des Débuts Difficiles

… et merci à Hadra pour les bestioles grouillantes …

Évidemment les amateurs des deux genres ont investi l’espace entre les deux, et ont commencé à profiter et même à utiliser comme éléments de leurs créations les traces résiduelles plus ou moins perceptibles des grands anciens. C’est ainsi que s’est développé ce que l’on a dénommé la diagonale du flou, devenue depuis longtemps la barre transversale du ‘N’, mais qui à l’origine était la ligne le long de laquelle les deux sons différents étaient perceptibles en permanence. La qualité d’isolation des salles a rendu depuis ce mix naturel facultatif et réglable, mais à l’époque on se confrontait à la pure réalité physique de la dispersion sonore, et la qualité du mix résidait essentiellement dans la précision du choix de positionnement pour la teuf’.

Conjointement, certains nouveaux sons souhaitaient se développer sans métissage forcé et se plaçaient de préférence en s’éloignant du centre, celui-ci s’étant rapidement établi autour de l’anneau du ‘O’.

Rappelons les étapes mémorables dans l’urbanisation progressive de la planète :

Rapidement les deux groupes se diversifient et commencent à s’étendre. D’abord LiN et MOi, on se souviendra en particulier des années DECLiN MOi TE lorsqu’on a douté de voir le phénomène continuer à se développer. Et puis comme tous les amateurs de musique le savent, avec ses deux ‘L’ la renommée de la planète a pris son envol pour ne plus cesser depuis. La recette est simple, pour avancer soit on dubplique soit on innove, ainsi les découvertes des expériences menées au croisement du ‘T’ ont pu enfanter les sommets de classicisme du second ‘T’ mais également toutes les expériences suivantes d’ouverture dans trois directions : les bouts des barres du ‘A’ tellement drôles à comparer qu’on a fini par installer une gigantesque balançoire en son centre, La barre du ‘G’ et ses recoins relève de la même recherche  des archi-cousmaticiens de créer des espaces complexes nouveaux qui ouvrent sur des choix multiples.

Le stade actuel de corporation globale a déposé la marque « DEGLiNG MOiLATET © », et nous assisterons d’ailleurs bientôt à l’inauguration du ‘©’, un bâtiment uniquement administratif dans le ‘c’ central, entouré de jardins ceints d’un anneau fermé dédié à la communication : l’office du tourisme, la billetterie, les salles de conférence et studios de la presse … répartis sur toute la circonférence avec des ouvertures sur l’extérieur et souvent des accès sur les jardins.

Les plus optimistes voient l’urbanisation se développer jusqu’à la taille d’un sonnet en alexandrin.

 

© Frankygnol

Kalafin-Hells-Seukass (ddo/mc)

Résumé:
La Déesse Thanvala Cruchalo, anomiste de conviction,  a fait sombrer Davido et Dbeurg.
Plongés au fin fond des mers ont-ils une chance de s’en sortir ?

Mais c’est un tout autre paysage qui attend Davido à son réveil….

00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10

davido2 11

kalafin

A suivre

©Davido

Oncle Akra vogue, elle pagaie (ddo/mc)

Oncle Akra va nous faire une petite allocution

akra-0

akra-01 akra02akra02-2
akra03 akra04 akra05 akra6-2

akra07

A suivre….

 

©Davido

DEGLING MOILATET 3 (Fky, Ddo/mc)

Résumé des précisodes épidents:
Déglingue bien qui déglinguera le dernier

 

Jean-Christophe Inembourg zone au hasard dans une faune bigarrée : Il en a de bonnes, Toussaint-Jour « mais si, mon cher, il faut rester au contact des jeunes générations, et puis ça ne vous fait faire qu’un léger détour de passer chercher ce sacripant de Philopin sur Degling Moilatet lorsque vous viendrez donner votre prochaine conférence » …GRemeulemeneumeuleu

dmlt1
Plus tard, au détour d’une échoppe :
Jean-Christophe Inembourg : Me pardonnerez-vous de vous importuner jeune homme, mais est-ce vous que l’on nomme Superdjodjop ?

SuperDope Joe : Superdope Joe lui-même, et qui fait de l’import donc importune !… mais chui pas d’Joujouka et y’a pas d’ Jojoba, ni d’ jo-jobards non plus d’ailleurs avec moi, personne repart déçu, t’es à la bonne adresse mon rat, qu’est-ce qui te fait courir ?

J-C I. : C’est bien simple, je me nomme Jean-Christophe Inembourg et je cherche une seule chose : remonter la piste de son double pour le compte d’une tierce personne, c’est un Nostrlll voyez-vous, et comme je me suis laissé dire que … , enfin vous …, enfin qu’il avait …

SD Joe : Te casse pas Strophe, pour les Mostrills il faut commencer en douceur avec un vol sous Lodanom jusqu’à totale décontraction des muscles faciaux. Au besoin on peut rajouter une larme de l’eau-d’un-homme. Ça à un air zatsse d’après les puristes, mais qui a encore les moyens d’être puriste ? Toi, p’têt’ ? Ensuite on peut leur filer des plans plus festifs, progressivement, et par étapes, s’agit pas de les lâcher dans l’amphi central du D sans douceurs !! (Rire adipeux)
dmlt2

J-C I. : Je suis ébloui par l’étendue de vos connaissances en espèces intergalactiques mais il y a confusion, je parlais de Nostrill et pas de l’infra branche des décapodes de sub Mormoiloeil que l’on appelle Mostrill en langage Mopta, Non, La personne que je dois contacter se laisse dénommer Philopin D. Zopilans par Fois, même si en fait il se nomme Philopin Découpedé Zopilans par Fois (je le sais, j’ai eu en main son dossier médical) mais ce godelureau prétend que ça sonne moins Glamour, c’est un autre débat, quoiqu’il en soit il est relativement jeune est assez coincé, ou est-ce l’inverse ?
SD Joe :….. Euh….. Hé hé…..Oui… Ecoute l’Inembophe, ton gars Filaupain, là. J’ai remué Ciel et Terre pour le trouver que j’en suis blindé. Mon Gov en personne qui me dit  » Ramène le Nostrill… remue ciel et Terre ! qu’il me dit mon Gov » … J’ai même un gars qui s’est volatilisé pile poil devant bibi. J’ai cru à un effet perniscieur du zamex-double-face que j’avais pris un quart d’heure avant mais non, car tiens-toi bien à tes bretelles Msieur ‘les’hautes’Zétudes », c’est confirmé ! il était bien là où le gars volatile m’a dit qu’il était.
Fichtre !!! mais c’était trop tard il avait bougé et bredouille je fus, tel que tu me vois maintenant tu piges la bredouillerie ?!!…
Du Zamex-double-face j’en ai encore mais je te le déconseille, avec ton rapport poids-volume ça va partir dans un mauvais trip…. Faut savoir passer la première phase et ça grimpe !!! crois en Superdope… Non pour toi, t’es un Taupiens… Attends…. les taupiens ils décollent bien sous Prosmetil… M’en reste pas… Ecoute reste là et je t’amène ça illico dans 2 heures qu’est-ce t’en dis ? la tablette à 50 crédits ? je deale ? Il y a Nikkei qui va bientôt mixer en dub-plate-forme 2… »
dmlt3
J-C I. : Je ne souhaite rien pour moi-même merci, ni pots-de-vin ni échantillon, ceci n’est d’ailleurs pas à proprement parler une expédition de recherche, même si le but de cette expédition est bien une recherche … mais je vois que je vous ennuie avec mes digressions d’ordre lexicologique, alors pour reprendre au début, que pouvez-vous me dire du voyage de Philopin avant cette disparition ?

SD Joe : File-au-pain, ah ouais, au début … franchement con-plètement cécoin l’était quand y s’est poin- (hips) -té ! Il a fait du chemin depuis, des putains de voyages même, et il est passé par pas mal d’états chelous, toi-même vieille barbe tu me paraît avoir un peu moins de kilomètres au compteur que lui !

J-C I. : Je ne sors plus aussi souvent de mon laboratoire, certes, mais détrompez-vous, jeune freluquet, j’ai parcouru bien des routes, le monde est vaste et je l’ai su goûter de bien des manières.

SD Joe : Bah je Freluque plus tellement tu sais…. Et respect pour ton bout de vie si c’est comme ça que ça te plait moi je suis pas du genre « Les-grandes-tirades, »… les goûts sont dans la nature Msieur et j’ai du respect pour ça… Bon, je vois qu’on s’ pige, alors pour parler net, je serai franc : on peut me faire confiance quand on veut partir pour un trip, et comme tout bon nostrill il est parti sur du Psubu direct, un sacré vol, et il en a pas bougé un moment, c’est brutal, ça fait pas mal transpirer et je te conseillerais pas de les suivre pour une première, mais de leur part, j’ai jamais eu de plainte !!
Mais le Fil-au-pain, il filait, ouais, mais pas qu’au pain, et il a pas pu rester en place tu vois ? du Psubu tôt et tard, il a costardé comme on dit, et il s’est aventuré un brin plus loin, genre Play Hotl, hé hé hééé….. Bein je crois que maintenant…. il est difficile à atteindre ton gars…

J-C I. : Bien, donc Dub Subbu on oublie. Une île ? un État autonome ?, qu’importe, et ça m’arrange, j’ai toujours eu du mal avec les chaleurs étouffantes. Mais alors après, où est-ce donc, ça, Playa Haute (à part) Je ne comprends pas toujours son accent.
À votre avis, dans quel État se trouve-t-il actuellement ?

 

 

 

 

SD Joe : Man, tu sais, les jeux chauds ça échauffe, et bien chaud, un Nostrill en bonne santé ça peut être difficile à suivre, et impossible à arrêter. Faudrait déjà essayer. Pas mon genre. J’peux faire pas mal de trucs zarbis, mais faut pas compter sur moi comme casseur d’ambiance. Alors le Raide Trip au Philopin, hardu, un p’tit bout de Cotopad et la grimpette continue, une plongée dans l’Acsid, alors fatalement, à chercher les sommets, il a fini au Triturstan, et là il y a un paquet d’états à visiter, je te prie d’me croire, même si tu crois en rien et qu’moi j’prie jamais.


J-C I. : La côte d’Opade ? Le lac Syd ? j’ai du mal à suivre mais le paysage paraît montagneux, c’est de bon augure, j’ai toujours été un bon grimpeur. Et donc, actuellement, il est au Tritursthan ?

 

 

 

 

 

SD Joe : Oulà non, il s’est pas arrêté là, c’est un phénomène notre Philoplein, un client comme ça, ça se garde ou ça se revend par petits bouts normalement, alors tu parles si mon Gov l’a mauvaise que j’ l’aie paumé. Si on remet une griffe dessus, bientôt on aura des touristes qui viendront exprès pour lui. Des témoins directs et pratiquement sobres m’ont dit qu’il arrivait à visiter des états qui n’avaient jamais été atteints avant lui.
dmlt4

J-C I. : Aïe, les contrées sauvages, je ne suis pas sûr d’être équipé pour, j’ai bien mon couteau petit-suisse, mais pour l’exploration … Vous pensez qu’il risque de revenir ?

SD Joe : Revenir ? Repartir ? Sincèrement je sais pas si la question se pose encore comme ça pour lui.

À Suivre